Ressources financières

Budget 2015

Le budget 2015 a été voté par les élus délégués des villes adhérentes au Siresco lors du Comité syndical du 10 février 2015.

 

Le budget a été voté dans un contexte d'une situation financière très contrainte due à une réforme territoriale de grande importance pour l’avenir du service public.

Dans ce contexte difficile, appréhendé dans chacune des villes membres du Siresco, nous proposons de mobiliser nos moyens mutualisés pour maintenir notre coopération au service des populations, pour préserver un service public dynamique, compétent, efficient, c’est-à-dire capable de combiner performance économique et qualitative.

 

C’est en tenant compte de ces réalités que nous avons décidé lors du débat d’orientations budgétaires d’augmenter le coût de gestion du repas enfant, scolaire et périscolaire, de + 1 centime d’euro et d’appliquer cette variation de + 0,4% aux coûts des autres prestations.

 

Le repas pour enfant livré avec le painpasse à 3,15 €, ce qui était précisément le coût de gestion existant l’année de la création juridique du Siresco, il y a vingt deux ans, en 1993.

 

A la suite du travail effectué avec les services des villes pour établir des prévisions de repas au plus près des besoins à venir, la prévision globale pour l’année 2015 est de 6 693 538 repas.

 

En terme d’investissement, l’objectif est de poursuivre notre politique maîtrisée et de le faire en cohérence avec ce qui a été réalisé sur le site de production culinaire de Bobigny pour le programme de rénovation du site de production d’Ivry-sur-Seine.

 

Les deux principales dépenses sont les denrées alimentaires qui représentent 60 % de notre budget de fonctionnement et s’élèvent à 14,75 millions d’euros ; et les dépenses de personnel, qui représentent 25% du budget (6 millions d’euros).

 

Budget total : 27,34 millions d’euros

Dépenses de fonctionnement : 25, 68 millions d’euros

Dépenses d’investissement : 1,66 million d’euros

 

Nos orientations s’inscrivent dans la poursuite des actions du Siresco et de ses démarches, à savoir :

 

- poursuivre la démarche qualitative de la politique de restauration sociale collective dans ses diverses dimensions : le plaisir à table des convives, l’aspect nutritionnel et santé, le développement du libre choix du plat principal de l’enfant, la diversité des plats proposés avec notamment le développement des protéines végétales, l’éducation au goût et « au bien manger », le développement durable pour une restauration inscrite dans les enjeux de son époque.

- faire vivre et nourrir notre démarche de coopération pour partager toujours mieux le sens commun du service public local.

- poursuivre notre politique d’investissement maîtrisée, visant à prévoir les moyens à mobiliser pour garantir le bon fonctionnement de notre syndicat.

 

 

Les décisions budgétaires proposées pour 2015 s’inscrivent dans le prolongement des orientations mises en oeuvre ces dernières années :

 

Gérer avec maîtrise les ressources provenant des contributions communales caractérisées :

- par un accroissement du nombre de repas de + 4,8 %, avec notamment l’effet des nouveaux rythmes scolaires dans 13 villes où il y a classe le mercredi matin et 3 villes où la classe est le samedi matin ;

- par une maîtrise exigeante des budgets locaux en raison du contexte financier évoqué précédemment.
 

 

Gérer nos dépenses de fonctionnement autour de deux principaux postes :

- les dépenses dédiées à l’achat des denrées alimentaires représentent 59,99 % des dépenses réelles de fonctionnement ;

- les dépenses dédiées au personnel représentent 24,48 %.

 

 

Structurer nos dépenses d’investissement autour de la fin des opérations de travaux et d’équipement en cours, financées sans recours à l’emprunt.

 

 

Le budget alimentation d’un montant de 14 750 235 €, soit une augmentation de 7,46 % par rapport au budget primitif 2014, permettra :

- l’achat des produits nécessaires à la fabrication du nombre de repas inscrit au budget ;

- de développer la diversité des plats avec, entre autre, le développement des protéines végétales ;

- de poursuivre les approvisionnements issus de l’agriculture respectueuse de l’environnement et des êtres humains, avec l’objectif que ces produits représentent 15 % des denrées proposées dans les menus ;

- de renforcer le respect de la saisonnalité des produits
 

 

 

Les données prévisionnelles pour 2015

 

Le budget prévisionnel de fonctionnement est établi sur les données suivantes :

- Un niveau prévisionnel de production de repas pour les 16 communes de 6 693 538 repas, soit une augmentation de + 4,8 %.

- Un plan alimentaire mis en oeuvre sur la base d’un ratio moyen de denrées à 1,89 € / repas enfant scolaire et périscolaire, soit 60 % de 3,15 €.