Manger en Santé, le bien-être dans l'assiette

Compte-rendu des 3es rencontres de la restauration collective

Les 3es rencontres de la Restauration collective ont réuni plus de 110 élus et professionnels le samedi 30 novembre 2013. Retrouvez les thématiques discutées et les photos de l'événement.

 

 

 

Manger en santé, le bien-être dans l’assiette

 

pourquoi et comment :

 

convier au cœur du bien manger pour le plaisir à table ;

nourrir les bonnes pratiques avec l’aliment qui restaure ;

agir sur les bons équilibres du bien-être.

 

 

 

Les 3èmes rencontres de la restauration collective se sont tenues le 30 novembre dernier. Elles étaient organisées, sous notre impulsion à l’initiative de 8 syndicats intercommunaux de restauration sociale : Sidoresto, Sirev, Sirm, Sivom Stains-Pierrefitte-sur-Seine, Sivuresc, Syrec, Sivu Coclico et Siresco. Ces EPCI représentent 32 villes d’Ile-de-France, soit plus d’un million d’habitants franciliens.

 

La thématique retenue pour cette édition a été la problématique de la prévention en santé publique avec des entrées mettant en relation santé et alimentation, les déterminants de la santé, les déterminants de la qualité nutritionnelles, les déterminants de la qualité de la restauration. Nous avons mis au centre des échanges les mangeurs et ceux qui sont au service des premiers.

 

Les 3èmes rencontres en résumé :

 

 

Voir la galerie de photos

 

 

Sur la thématique « Manger en santé, le bien-être dans l’assiette », elles ont été suivies par plus de 110 personnes, élus locaux, professionnels de la restauration sociale, de la santé, responsables associatifs, parents d’élèves et simples citoyens. Les enjeux de santé publique, d’alimentation, de nutrition et de bien-être ont été les sujets débattus, tant dans la dimension des convives que des professionnels qui concourent à la  mission de service public.

 

Les Rencontres ont été accueillies par Catherine PEYGE, Maire de Bobigny.

 

 

Le 1er temps a été consacré à poser la problématique « manger en santé, le bien-être dans l’assiette », de quoi parle t’on ?

 

Nicole AMEDRO, Présidente du SYREC a engagé les rencontres sur les enjeux de la restauration sociale en s’interrogeant sur ce que veut dire, aujourd’hui : restauration, restauration collective, alimentation, bien – être et santé ; quels sont les tenants et les aboutissants du bien-manger ? En quoi la restauration collective a-t-elle un impact sur la santé des familles et des enfants ?

 

 

Hélène STROHL, ancienne IGAS, auteure et responsable de la rubrique cuisine de la revue « Les cahiers européens de l’imaginaire » a centré son intervention sur la relation historique en école, éducation et restauration, les évolutions des représentations du manger, sur les évolutions à travailler pour continuer à manger ensemble pour mieux vivre ensemble.

 

 

François GUILLON, enseignant-chercheur a présenté ses travaux sur la connaissance des attentes des convives et sur le développement de la compétence des acteurs de la restauration.

 

 

 

Le  2ème temps a été consacré aux problématiques de santé des publics, des préoccupations en santé, aux politiques publiques et aux actions.

 

Trois niveaux d’approches ont été proposés – national, régional, local – sur les problématiques du besoin de manger au regard du besoin de santé et de bien-être, sur les politiques publiques conduites, sur les enjeux.

La restauration collective est concernée par la politique publique d’alimentation et de nutrition. Les prescriptions législatives et réglementaires l’impliquent. Elle est confrontée à de nouveaux enjeux de santé publique. Elle est sollicitée par l’émergence de demandes sociétales – individuelles ou collectives – qui portent sur la qualité alimentaire, la sécurité sanitaire des produits, sur les conceptions nutritionnelles. Elle une actrice des actions nutrition et santé dans la mise en vie des politiques publiques. Comment ces problématiques dialoguent-elles entre restauration et santé ? Un terrain d’entente est-il viable entre restauration et santé ?

 

Lucette BARTHELEMY, Diététicienne, consultante, co-auteur du guide « La santé vient en mangeant » est intervenue sur les éléments de réflexions sur le PNNS en traitant des objectifs de la politique publique nationale, les actions, les innovations et les résultats constatés.

 

 

Luc GINOT, Docteur, adjoint au Directeur de la santé publique de l’Agence Régionale de Santé d’Ile-de-France , en charge du pôle inégalités sociales et territoires, a présenté les fonctions et les rôles – articulés - des politiques publiques de santé et de l’alimentation, les missions. Il a traité de l’observation et des analyses. Ses interventions ont porté sur l’évaluation de la situation, les grands objectifs et les perspectives de l’action en santé publique.

 

 

Alain PATON, Président du Siresco est intervenu à propos de l’instable équilibre entre prescriptions d’application obligatoire et recommandations d’application volontaire et, sur le sens des politiques publiques ainsi que des normes entre restauration sociale et prévention santé.

 

 

Le 3ème temps a porté sur les influences et les impacts de la norme publique sur la norme sociale en termes de comportements alimentaires et les effets d’inégalités. Ce tiers temps a été un moment de confrontation des normes aux réalités du manger quotidien…

 

Omar BRIXI, docteur en médecine, consultant en santé publique a centré son propos sur les fonctions, le rôle et les effets des principes normatifs et tout particulièrement dans le domaine de l’alimentation normée, sur comment chaque acteur s’approprie les messages de prévention, sur les complémentarités et les contradictions entre l’intime et le collectif, sur comment chaque acteur fait de la santé dans son assiette, sur les processus de culpabilisation des acteurs avec les grands programmes type PNNS, sur les effets et les constats notamment en matière d’inégalités sociales de santé, sur  les influences de la norme sur les comportements alimentaires, sur l’impact ou non, dans le monde où nous vivons, de la législation et des recommandations sur notre façon de manger.

 

Eric MARAZANOFF, Président de la Mutuelle Nationale des Fonctionnaires des Collectivités territoriales a abordé la problématique de la santé des acteurs professionnels – les agents territoriaux – en charge des missions de production de la restauration, d’encadrement éducatif des publics scolaires et périscolaires, de l’importance des actions de prévention santé et des enjeux de santé publique posés à la fonction publique territoriale.

 

 

Le 4ème temps  a permis d’aborder quelques pratiques et expériences… dans la réalité de la restauration sociale collective.

 

Dans le prolongement de la richesse des réflexions échangées, quelques illustrations concrètes sont venues nourrir le partage d’expériences. A la lumière des pratiques chacun peut apprécier l’intérêt à s’en inspirer, voir à modéliser. Pour faire face aux enjeux de « manger en santé », l’utilité des collaborations pluridisciplinaires et la nécessité des coordinations intersectorielles.

 

Gérard LEBLANC de la MNFCT a présenté une action conduite au sein des services municipaux de La Courneuve sur  « manger en santé » des agents territoriaux qui travaillent en horaires atypiques.

 

Bruno LE SAEC, directeur général du SYREC a présenté une pratique du « produire pour manger » et les motivations à créer un outil intercommunal de production culinaire.

 

 

Danièle LEBAILLY, conseiller en formation au CNFPT, animatrice du Pôle national de compétences restauration collective, a présenté les motivations, les enjeux de la formation continue des professionnels de la fonction publique territoriale dans le domaine de la restauration collective. 

 

 

Dominique ETAVE, Présidente du SIDORESTO, a présenté la démarche et la pratique de charte de la restauration collective pour convier les convives à bien se restaurer.

 

 

 

Un témoignage original :

 

Les clownanalystes de la Compagnie « les bataclowns » ont su par des moments de rires et de détente dynamiser nos travaux. Avec leur miroir candide, des enjeux ont été révélés, des liens resserrés. Avec quelques situations symboliques, ils nous ont incité à imaginer ensemble ce que sera demain.

 

 

 

 

 

De premières pistes pour des prolongements utiles :

 

La qualité des échanges et le débat animé tout au long de la journée, nous rassurent sur l’avenir du bien manger pour le plaisir à table, à la condition nécessaire que l’on s’en mêle bien de cette affaire citoyenne.

L’intérêt de cette rencontre est de nous aider à comprendre mieux comment nous pouvons agir en faveur des bons équilibres du bien-être. Elle nous conforte à poursuivre nos actions pour nourrir les bonnes pratiques avec l’aliment qui restaure pour le bien-être de chacun et de la collectivité.

A l’évidence, nous n’avons pas résolu tous les problèmes identifiés, répondu à toutes les questions présentes. Toutefois, nous percevons plus aisément les directions à cheminer pour avancer sur les contenus, pour améliorer nos connaissances, pour enrichir le sens de nos actions.

La marque de fabrique de nos Rencontres est d’approfondir toujours nos réflexions pour que celles-ci débouchent sur des actes et des actions qui construisent nos politiques publiques locales en lien avec la restauration sociale.

Dans le prolongement de la journée, de premiers axes d’actions et de travail apparaissent possibles :

 

-       sur les dimensions nutrition et santé en direction des équipes professionnelles.

-       améliorer la connaissance des données qualitatives et quantitatives de l’état de santé publique et de l’alimentation de nos convives. Cela pour aider à apprécier et à mieux déterminer la manière de réaliser notre mission, à mieux équilibrer l’offre de la restauration sociale au regard d’une information objective de la situation.

-       susciter un temps d’échange plus approfondi sur la problématique de la restauration des agents territoriaux qui concourent au service public et souvent en horaires décalés voir atypiques.

-       le sujet de la formation en ce sens que la formation concourre au bien-être des personnes dans leur activité professionnelle.